Mozart – Die Zauberflöte / The Magic Flute + Presentation (reference rec. : Wilhelm Furtwängler)


The Magic Flute : A Masonic Opera.The Magic Flute is not an opera with a conventional plot in the traditional sense, but a story about initiation. A convinced freemason, Mozart took his plot from the rites of the Masonic order itself and he turned the opera into an apology for the order, replete with all its symbols, but enriched with a number of infinitely more subtle dramatic elements : the many quarrels between Sarastro and the Queen of Night, the conflict between day and night; or between Man and Woman. All these themes are really variations on a central idea : Woman’s role in an ideal society. In this case, the ‘woman’ who is cast out as Queen of Night at the beginning of the opera, eventually regains her rightful place as Pamina, after a series of rites of initiation. On another level, The Magic Flute is the apotheosis of the age-old Platonic myth of the Golden Age where the struggle between God and Evil, Light and Darkness are resolved in favor of the former. The Opera is divided in two parts, each representing a series of rites that Tamino must undergo. In act I, the individual is prepared for initiation by a series of symbolic actions with climax in a symbolic death represented by fainting (in the case of Tamino: at the sight of a snake; of Pamina : when confronted by Monostatos). This symbolic death then leads to the rebirth of ‘’New’’ individual. Only then is the person in question worthy of initiation. Act II carries this initiation further, following the traditional Masonic rituals of tests by the Elements – trial by Earth, Air, Fire and Water. The overture is an outstanding example of how Mozart manages to express in music abstract philosophical concepts, without the help of words. The orchestra begins by sounding out a series of five chords, presented as long notes followed by short ones. We can find these same five notes at three other places in the opera : when the children make their first entrance; again in the final scene of act I, when Pamina faces Sarastro for the first entrance; again in the final scene of act I, when Pamina faces Sarastro for the first time: and finally, at the conclusion of Act II, when the Quenn of Night is swallowed up along with her followers. The number five has a very symbolic meaning in Masonic symbolism. Five represents the initiation of a woman, replacing the usual number three (representing male initiation) in a woman’s initiation ceremony. So, with its five-note motif, the opening notes represent Woman; the second motif of three notes represents Man. Once the key of these five introductory chords has been introduced, an adagio prolongs and ‘’comments’’ on them. This adagio describes darkness and chaos. To represent Man, Mozart used a symbol that works easily in musical terms: the number 3. This is the meaning behind these three chords repeated three times and central to the Adagio. So the overture first announces the world of Darkness and Ignorance (those five chords also happen to signify Woman) and then immediately contrasts it with Light, Knowledge and Man (the three-chord motif). These opposition between these two ‘’kingdoms’’ is the overture’s main idea : the first ‘kingdom’ is that of the Queen of Night, the second that of Sarastro. To claim that their struggle is that of Good an Evil is stretching things too far, because at no stage is it claimed that the Queen represents Evil. Night is darkness but not evil. In fact, The Magic Flute symbolically illustrates the conflict between these two universes, the masculine one and the feminine one, a conflict, which will only be resolved by union between the two after the necessary ritualistic purification. The key to making sense of the opera takes place in the second act. Pamina’s mother tells her a story, which is described but never explained. If the opera starts on an outrageous misogynous tone, it slowly develops towards the idea of Woman’s redemption. The basic theme is therefore the conflict between the two sexes, a conflict that will resolve itself in the mystery of the couple’s relationship. Man and Woman must first of all find one another : once they have, they must go beyond gender through a series of trials that will make eventually them worthy of their new condition. Complicated in appearance, the action is really quite simple : it shows, in a symbolic way, how Man and Woman, guided by wise men, will attain the wisdom of a couple, which is necessary if the Golden Age is ever to arrive and Woman be redeemed. The Magic Flute was never a silly fable, as many have said. On the contrary, it is the forerunner of symbolic theatre, which was to be carried further in Parsifal and reached its apogee in Palleas et Mélisande. We can always meditate on Mozart’s music, but if we look beyond simple religious dogma, The Magic Flute is the most sublime form of religious expression of its time. END

18 Replies to “Mozart – Die Zauberflöte / The Magic Flute + Presentation (reference rec. : Wilhelm Furtwängler)”

  1. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) – Die Zauberflöte KV 620
    Click to activate the English subtitles for the presentation (00:00–06:01)
    Applaudissement (00:00)
    1-Ouverture (00:36)
    Acte 1
    2- Introduction – Tamino : « Zu Hilfe! Zu Hilfe! » (07:47)
    3- Tamino : « Wo bin ich / Papageno : Der Vogelfänger bin ich ja » (14:25)
    4- Tamino : « Sag’mir, lustiger Freund » (17:04)
    5- Aria – Tamino : « Dies Bildnis ist bezaubernd schön » (20:53)
    6- Première Dame : « Rüste dich mit Mut » (25:30)
    7- Aria – Reine de la Nuit : O zittre nicht, mein lieber Sohn! (26:07)
    8- Quintette : « Hm, hm, hm » (31:24)
    9- Dialogue – 3 esclaves & Monastos (39:10)
    10- Trio : « Du feines Täubchen, nur herein! » (41:00)
    11- Dialogue : « Mutter, Mutter » (42:50)
    12- Duo Pamina & Papageno : « Bei Männern, welche Liebe fühlen » (46:16)
    13- Finale : « Zum Ziele führt dich diese Bahn » (49:29)
    14- Tamino : « Die Weisheitslehre dieser Knaben.. » (51:35)
    15- Tamino : « Wie stark ist nicht dein Zauberton » (1:01:11)
    16- Pamina & Papageno : « Schnelle Füsse, rascher Mut » (1:04:49)
    17- Choeur : « Es lebe Sarastro ! » (1:09:15)
    18- Pamina : « Herr, ich bin zwar Verbrecherin » (1:10:11)

    Acte 2
    1- Orchestre – Marche des Prêtres (1:17:36)
    2- Sarastro : « Ihr, in dem Weisheitstempel der grossen Götter Osiris und Isis.. » (1:21:35)
    3- Aria avec choeur : « O Isis und Osiris » (1:26:38)
    4- Tamino : « Eine schreckliche Nacht » (1:31:20)
    5- Duo : « Bewahret euch vor Weibertücken » (1:34:37)
    6- Papageno : « He, die Lichter her! / Quintette : « Wie? Wie? Wie? » (1:35:42)
    7- Dialogue : « Heil dir, Jüngling » (1:39:26)
    8- Dialogue – Monostatos : « Ha, find’ ich ja die spröde Schöne » (1:40:47)
    Aria : « Alles fühlt der Liebe Freuden »
    9- Aria – Reine de la Nuit : « Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen » (1:42:53)
    10- Pamina : « Morden soll ich? » (1:46:15)
    11- Aria – Sarastro : « In diesen heil’gen Hallen » (1:47:24)
    12- Récitant : « Hier seid ihr beide euch allein überlassen » (1:53:10)
    13- Trio : « Seid uns zum zweitenmal willkommen » (1:56:06)
    14- Dialogue – Papageno : « Tamino, wollen wir nicht speisen? » (1:57:45)
    15- Pamina – Aria : « Ach, ich fühl’s, es ist verschwunden » (1:59:22)
    16- Dialogue – Papageno : « Nicht wahr, Tamino, ich kann auch schweigen » (2:04:37)
    17- Choeur des Prêtres : « O Isis und Osiris » (2:07:08)
    18- Dialogue – Sarastro & Pamina : « Prinz, dein Betragen was bisher männlich » (2:10:48)
    19- Trio Pamina, Sarastro & Tamino : « Soll ich dich, Teurer, nie mehr sehn? » (2:11:52)
    20- Dialogue – Papageno & Prêtres : « Tamino, Tamino » (2:15:54)
    21- Aria – Papageno : « Ein Mädchen oder Weibchen wünscht Papageno sich » (2:17:43)

    Finale
    1- Les trois garçon : « Bald prangt den Morgen zu verkünden » (2:23:28)
    2- Les deux hommes armés : « Der, welcher wanderte diese Strasse voll Beschwerden » (2:30:24)
    3- Pamina : « Tamina mein! Oh welch ein Glück » (2:36:03)
    4- Orchestre – Marche dans l’eau et le feu (2:40:09)
    Pamina, Tamino & choeur : « Wir wandelten durch Feuergluten »
    5- Papageno : « Papagena, Papagena, Papagena! » (2:44:50)
    6- Papageno : « Pa-Pa-Pa-Pa-Pa-Pa-Papagena! » (2:50:17)
    7- Monostos : « Nur stille, stille, stille, stille ! » (2:53:01)
    8- Sarastro & choeur : « Die Strahlen der Sonne vertreiben die Nacht » (2:55:17)

    Acteurs principaux
    Sarastro : Josef Greindl
    Tamino : Walter Ludwig
    Reine de la Nuit : Wilma Lipp
    Pamina : Irmgard Seefried
    Papageno : Karl Schmitt-Walter
    Monostatos : Peter Klein
    Papagena : Edith Oravez
    Speaker : Paul Schöffler
    Vienna Philharmonic Orchestra & Choir of the Vienna State Opera
    Wilhelm FURTWÄNGLER
    Live Recording 27/VII/1949 in the ‘Felsenreitschule’ of Salzburg
    New Mastering in 2018 by AB for CMRR

    La Flûte enchantée : un opéra maçonnique
    La Flûte enchantée n'est pas un opéra avec une intrigue conventionnelle au sens traditionnel, mais une histoire d'initiation. Franc-maçon convaincu, Mozart a puisé son intrigue dans les rites de l'ordre maçonnique lui-même et il a fait de l'opéra une apologie de l'ordre, riche de tous ses symboles, mais enrichie de plusieurs éléments dramatiques infiniment plus subtils : les nombreuses querelles entre Sarastro et la Reine de la Nuit, le conflit entre le jour et la nuit ; ou entre l'Homme et la Femme. Tous ces thèmes sont en fait des variations sur une idée centrale : le rôle de la femme dans une société idéale. Dans ce cas, la " femme " qui est chassée du rôle de la Reine de la Nuit au début de l'opéra, retrouve finalement sa place légitime de Pamina, après une série de rites d'initiation. Sur un autre plan, La Flûte enchantée est l'apothéose du mythe platonicien séculaire de l'âge d'or où la lutte entre Dieu et le Mal, la Lumière et les Ténèbres sont résolues en faveur du premier.

    L'Opéra est divisé en deux parties, chacune représentant une série de rites que Tamino doit subir. Dans l'acte I, l'individu est préparé à l'initiation par une série d'actions symboliques dont le point culminant est une mort symbolique représentée par un évanouissement (dans le cas de Tamino : à la vue d'un serpent ; de Pamina : face aux Monostatos). Cette mort symbolique conduit alors à la renaissance d'un individu " nouveau ". Ce n'est qu'alors que la personne en question est digne d'être initiée. L'Acte II porte cette initiation plus loin, suivant les rituels maçonniques traditionnels des épreuves par les Éléments – épreuve par la Terre, l'Air, le Feu et l'Eau.

    L'ouverture est un exemple exceptionnel de la façon dont Mozart parvient à exprimer en musique des concepts philosophiques abstraits, sans l'aide de mots. L'orchestre commence par sonner une série de cinq accords, présentés sous forme de notes longues suivies de notes courtes. Nous pouvons trouver ces mêmes cinq notes à trois autres endroits de l'opéra : lorsque les enfants font leur première entrée ; de nouveau dans la scène finale de l'acte I, lorsque Pamina fait face à Sarastro pour la première fois ; et enfin, à la fin de l'acte II, lorsque la Quenn of Night est engloutie avec ses disciples. Le nombre cinq a une signification très symbolique dans la symbolique maçonnique. Le cinq représente l'initiation d'une femme, remplaçant le nombre habituel trois (représentant l'initiation masculine) dans la cérémonie d'initiation d'une femme.

    Ainsi, avec son motif de cinq notes, le premier motif représente la femme, le second motif de trois notes représente l'homme. Une fois la tonalité de ces cinq accords introductifs introduite, un adagio les prolonge et les ''commente''. Cet adagio décrit l'obscurité et le chaos. Pour représenter l'Homme, Mozart a utilisé un symbole qui fonctionne facilement en termes musicaux : le chiffre 3. C'est la signification de ces trois accords répétés trois fois et qui sont au centre de l'adagio. Ainsi, l'ouverture annonce d'abord le monde des Ténèbres et de l'Ignorance (ces cinq accords signifient aussi la Femme) et le met immédiatement en contraste avec la Lumière, la Connaissance et l'Homme (le motif à trois accords).

    Cette opposition entre ces deux " royaumes " est l'idée principale de l'ouverture : le premier " royaume " est celui de la Reine de la Nuit, le second celui de Sarastro. Prétendre que leur lutte est celle du Bien et du Mal, c'est aller trop loin, car à aucun moment on ne prétend que la Reine représente le Mal. La nuit est ténèbres mais pas mal. En fait, La Flûte enchantée illustre symboliquement le conflit entre ces deux univers, le masculin et le féminin, conflit qui ne se résoudra que par l'union entre les deux après la nécessaire purification ritualiste. La clé pour donner un sens à l'opéra se trouve dans le deuxième acte. La mère de Pamina lui raconte une histoire, qui est décrite mais jamais expliquée. Si l'opéra commence sur un ton misogyne outrageant, il évolue lentement vers l'idée de la rédemption de la femme. Le thème de base est donc le conflit entre les deux sexes, un conflit qui se résoudra dans le mystère de la relation du couple. L'Homme et la Femme doivent avant tout se retrouver : une fois qu'ils se sont retrouvés, ils doivent dépasser le genre à travers une série d'épreuves qui les rendront finalement dignes de leur nouvelle condition.

    Compliquée en apparence, l'action est en réalité très simple : elle montre, de façon symbolique, comment l'Homme et la Femme, guidés par des sages, atteindront la sagesse d'un couple, nécessaire pour que l'Age d'Or arrive et que la Femme soit rachetée. La Flûte Enchantée n'a jamais été une fable idiote, comme beaucoup l'ont dit. Au contraire, elle est le précurseur du théâtre symbolique, qui sera porté plus loin dans Parsifal et atteindra son apogée dans Palleas et Mélisande. On peut toujours méditer sur la musique de Mozart, mais si l'on regarde au-delà du simple dogme religieux, La Flûte enchantée est la forme d'expression religieuse la plus sublime de son temps.

    Wolfgang Amadeus Mozart PLAYLIST (references recordings) https://www.youtube.com/watch?v=FHwmL8Md22w&list=PL3UZpQL9LIxMe6H3Sfn2lvPVFzrvhhPO7&t=1747s&index=3

  2. Ah. I generally think Furt performances are the ones with which to measure all others. HOWEVER. He employs the heavy heavy orchestration which is also used for Eroica which in my view distorts Mozart. So. I think you should hear the fantastic performances of Fricsay, Klemperer, and Sawallisch …. and Solti for an interesting one as well.

  3. Foarte ciudat, dar filarmonica din Viena nu era intro forma acceptabila!? AU fost enorm de multe greseli de intrari ale instrumentistilor!? Uvertura a fost un dezastru!?

  4. Thank you so much for this beautiful interpretation and also the wonderful notes! Very interesting, especially the freemason connection.

  5. This seems to be a different Salzburg performance from another issued on EMI ; it has Anton Dermota as Tamino & Christel Goltz as Pamina .

  6. This is the longest version of this opera I've ever heard but very deep , penetrating , and above all most sublime performance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *